Milan Fashion Week #6 Un Rideau De Velours Et De Franges Tombe Sur La Ville

Clap de fin pour la fashion week milanaise, ses jeunes designers, ses créateurs renommés, et ses empires du luxe. Comme toujours à Milan, l’excès semblait de rigueur, qu’il s’agisse des couleurs, des imprimés, des matières, des broderies, ou de ce glamour à l’italienne qui flirte parfois avec la vulgarité.

Milan a réaffirmé sa place de capitale du luxe, et ce dans tous les sens du terme, qu’il s’agisse de cette élégance discrète à la Piazza Sempione ou de ce sens de l’ostentation que l’on ne retrouve nulle part ailleurs, si présent la veille chez Dolce & Gabbana. Le point commun entre ces deux marques reste cette capacité et ce désir de sublimer les plus belles matières grâce un artisanat d’exception. Giorgio Armani est à mi-chemin entre les deux. Clôturant la semaine de la mode par une collection richement colorée, le Maestro de la mode italienne a résumé à lui seul l’esprit de la saison : tailleur ; velours ; satin ; broderies de perles et de franges… Tout était là. Ou presque. Les revendications en tous genres n’avaient pas lieu d’être chez ce créateur pour qui habiller les femmes a toujours été synonyme d’empowerment. De même que le style d’inspiration streetwear et le goût pour la déconstruction observés chez de nombreux designers. Pour cela, comptez sur les jeunes talents : Rico Manchit Au de Ricostru et Xu Zhi pour sa marque éponyme, les deux surprises de cette journée, ont pour point commun d’être originaires de Chine. Mais ce qui les réunit par-dessus tout est ce travail exceptionnel autour des matières et des volumes, qui leur a d’ailleurs valu d’être repérés par Giorgio Armani. Tout un symbole pour ces adeptes d’une excellence fondée sur des savoir-faire ancestraux, en passe d’être modernisés et pérennisés par cette nouvelle génération pleine d’inventivité.

POUR L’HIVER PROCHAIN, le luxe minimal et raffiné de Piazza Sempione s’exprime à travers de superbes pantalons larges – dont un modèle oversized en cuir -, un costume-pantalon fluide blanc immaculé ou un manteau aubergine assorti aux bottines en cuir de la collection. Evidemment, le cachemire est toujours superbe. Quant à ces pièces à carreaux prince de Galles, elles s’inscrivent parfaitement dans l’esprit masculin-féminin de la saison.

Chez Ricostru, la jeune marque de la créatrice chinoise Rico Manchit Au, les volumes étaient à l’honneur. Ainsi, les vestes et les manteaux se déployaient dans des formes oversized, pile dans la tendance de la saison. Si certains modèles sont en cuir ou en vinyl, d’autres sont taillés dans des matières résolument nouvelles : brillantes, plastiques ou transparentes, elles semblent glisser sur le corps et signent une collection à la fois minimaliste, contemporaine, et sophistiquée. Prenez par exemple ces pantalons transparents, ce manteau en satin gris, ces pièces en velours ou ces découpes asymétriques. Le tailoring et les pantalons fluides sont particulièrement réussis, mais le clou du spectacle reste incontestablement cette incroyable cape irisée dans des tons de rose. Tout cela ne fait que renforcer l’idée selon laquelle Ricostru est délibérément une marque à suivre.

Trovate sul blog un nuovo articolo dedicato alla sfilata di @ricostru (link in bio), fatemi sapere cosa ne pensate 😊 #mfw

A post shared by Lucrezia Candelori (@lucreziacandelori) on

Pour sa collection automne-hiver, Alberto Zambelli travaillait lui aussi le velours, imprimé de fleurs ou côtelé de couleur mauve. Ses robes se portent avec des sweats rose pâle, oversized ou à capuche. Les pièces ont un côté loungewear sophistiqué, revisité dans des matières futuristes comme du cuir métallisé argent, et porté avec les bonnets de nuit les plus chic de la saison. Signature de la collection, les imprimés polaroids étaient aussi à l’origine des modèles les plus intéressants.

Chez Mila Schön, la pièce phare de la collection était ce long manteau à double-boutonnage en carreaux prince de Galles porté sur des bottes assorties. Un motif décidément régulier cette saison, que l’on retrouvait ici sur une veste à capuche ou sur une robe asymétrique à poche et plis en cuir bordeaux. Les longs pulls en maille se portent sur des jupes fluides et des pantalons en dentelle transparente. Au milieu de mélanges de couleurs et d’imprimés audacieux déclinés sur les jupes plissées, les robes ou les manteaux – certes, pas toujours réussis -, un costume aux épaules larges vert prairie sort du lot. Plus sobre, une version rayée sera tout aussi convaincante, mais ce sont bien les pièces en lurex et fil coupé qui assureront le spectacle.

Chez Xu Zhi, l’accent était mis sur les textures, tout en sophistication. La collection du créateur chinois basé à Londres défilait à Milan grâce au soutien de Giorgio Armani et de son Armani Teatro. Les premiers looks annonçaient un travail exceptionnel sur les matières, donnant vie par exemple à un top en cuir souple porté sur jupe en maille frangée ou un cropped top à franges superposé sur une chemise longue et un pantalon en cuir. Le reste de la collection était tout aussi enthousiasmant, à l’image de ce fabuleux denim, retravaillé dans une dynamique très couture et associé à des pièces souples en cuir nappa – chemises, pantalons ou vestes – elles-mêmes déclinées dans une palette de vert foncé, bleu marine ou noir. Les franges se voyaient offrir le premier rôle, donnant du mouvement et de la personnalité à des vestes, des tops, ainsi que des robes entièrement brodées dans des nuances de rose pastel, jaune, gris clair, ou marine. Certaines pièces se portaient avec des petits foulards noués autour du cou, du poignet ou de la ceinture, à l’image de ce parfait trench fluide en peau beige, un superbe intemporel.

Rarement au coeur des tendances et toujours fidèle à son univers, Giorgio Armani continue chaque saison d’explorer ses propres thèmes de prédilection, au premier rang desquels le costume qui a fait sa renommée. Or, cette saison, le véritable défi serait de trouver une collection sans la moindre touche de tailoring. Des vestes aux pantalons de costume en passant par les matières et imprimés traditionnellement utilisés dans leur confection, les créateurs new-yorkais, londoniens et milanais ont revisité l’esprit tailleur en jouant notamment sur des effets de coupe et de volume. Chez Armani, c’est donc tout naturellement que le costume était à l’honneur. Parmi les pantalons à plis qui ondulent sur les jambes, le modèle de la saison n’est autre que ce pantalon-jupe en satin à l’effet trompe-l’œil. Sur un trench beige ou un long manteau en jacquard, la taille est légèrement corsetée, structurant ainsi la silhouette. Les vestes de tailleur ont les épaules carrées, sculptées dans une palette de noir et blanc mélangée à du rouge vif comme sur un long cardigan zippé en mohair, matière que l’on retrouve sur des vestes ou de longs manteaux monochromes. A ce rouge s’ajoutent du bleu saphir et du vert émeraude, brillamment mis à l’honneur sur de petites vestes à quatre poches colorées portées sur des pantalons de velours.

Cette saison, le velours se porte également en total look, sur des ensembles de différentes couleurs dont les nuances lumineuses et éclatantes rappellent celles des pierres précieuses (veste rouge et pantalon indigo, veste émeraude sur pantalon lapis-lazuli, etc.) Des manteaux color block ceinturés et un effet matelassé réalisé selon une technique de plissage renouvellement discrètement l’outerwear du créateur. Le soir, les plumes, franges et autres cascades de volants tombent dans le côté théâtral. A l’inverse, les longues robes qui clôturaient le show – pourtant entièrement brodées de perles noires ou de couleur – dessinent une allure intemporelle et élégante. Chez Giorgio Armani, l’Asie n’est jamais loin, que ce soit à travers les cols mandarins, les imprimés de paysages ou les soieries richement brodées de rouge. Indispensables accessoires, les bijoux sont gais, faits de perles multicolores, de pompons et de boules de couleur. Des chapeaux trilby noirs et des mocassins signés GA accessoirisent les looks, leur conférant une attitude élégamment masculine.

vogue-armani-corey-fall-2017
En backstage du défilé Giorgio Armani (Photo : Courtesy of Corey Tenold / Vogue Runway)

Photo de couverture : (Défilé Giorgio Armani) Courtesy of Corey Tenold / Vogue Runway

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s