Image

Les Diamants Sont Éternels : Chopard Dévoile « The Queen of Kalahari »

C’est l’histoire d’une rencontre. Celle d’une femme, Caroline Scheufele – co-présidente et directrice artistique de Chopard – avec une pierre, The Queen of Kalahari, l’un des plus purs diamants jamais découverts. Afin de rendre hommage à la plus précieuse des gemmes, l’illustre maison d’horlogerie-joaillerie lui a dédié une somptueuse collection, dévoilée à l’aube de la semaine de la Haute Couture à Paris, entre projection particulière et concert privé. Récit d’une inoubliable soirée.

CE SOIR-LÀ, en plein cœur de Paris, autour du Théâtre du Châtelet, tout semble s’opposer au calme et à l’atmosphère feutrée de la soirée Chopard. Le quartier est bouclé pour des mesures de sécurité ; c’est l’effervescence. A l’intérieur, les invités s’installent, s’interrogent, s’émerveillent, devant la magie des lieux. Pour patienter, toutes et tous grignotent du popcorn de chez Gâteaux Thoumieux en guettant l’arrivée de Carla Bruni, Eva Herzigova ou encore Isabelle Huppert au balcon.

Avant de fermer ses portes en mars prochain pour travaux, l’emblématique théâtre fait figure de parfait écrin pour dévoiler le film réalisé par la maison Chopard, The Queen of Kalahari, à l’occasion du lancement de sa dernière collection baptisée en l’honneur du diamant du même nom découvert au cœur du Désert du Kalahari, au Botswana.

Ce documentaire d’Alexis Veller retrace les étapes de la vie d’un diamant brut : d’une blancheur exceptionnelle et d’une pureté remarquable, il impressionne par ses 342 carats. Comme nous le rappelle le film, un carat correspond à 0,2 gramme, les graines de caroubier ayant autrefois servi à mesurer la masse des diamants. Tout commence donc dans la mine de Karowe, une gigantesque mine de diamant – ou devrait-on dire de kimberlite, la roche volcanique dans laquelle se cachent les précieuses gemmes. Après une impressionnante explosion visant à extraire les pierres, Chopard nous emmène à la rencontre de l’autre reine de Kalahari qui n’est autre que Tekolo, la femme ayant découvert le fameux diamant, présente elle-aussi pendant la soirée.

Une histoire de passion

Aussitôt désireuse de voir de ses propres yeux ce diamant d’une pureté exceptionnelle, Caroline Scheufele décide de se rendre au Botswana. Fascinée depuis toute petite par les gemmes, elle imagine dès son retour en Europe la destinée hors du commun de cet incroyable diamant brut. C’est alors que nous la retrouvons chez elle, au beau milieu de livres d’inspiration et de crayons de toutes les couleurs, dessinant ses futurs modèles au son d’un tourne-disques et de son bien nommé « diamant » qui joue le mythique Diamonds Are Forever, bande-originale du film éponyme de la saga James Bond.

Afin de conserver le caractère exceptionnel du Queen of Kalahari, Caroline Scheufele a l’idée de le scinder en 23 diamants, tous classés D Flawless : D pour la couleur, de la plus pure blancheur ; et F pour la clarté. La prouesse des ateliers Chopard a été de donner vie, à partir d’une seule et unique pierre, à toutes les tailles de diamant existantes en joaillerie : coussin, brillant, émeraude, poire et cœur.

C’est ainsi qu’animés par la même passion du geste et de l’excellence, les artisans de la Maison procèdent tour à tour à la coupe, au polissage, et enfin à l’assemblage, réalisé à partir de croquis sous l’œil bienveillant de Caroline Scheufele avant de prendre vie de façon magistrale sous la forme d’une parure d’exception composée de six pièces : collier, paire de boucles d’oreilles, bagues, bracelet et montre à secret.

Diamonds are forever

En lettres de diamant, Chopard signe The Queen of Kalahari. Le rideau se lève, et dans la lumière violette apparaît la magnifique Shirley Bassey, délivrant une interprétation puissante de son titre Diamonds Are Forever. À son cou, l’emblématique collier de la collection, dont les attaches se découpent pour être portées en boucles d’oreilles. Dans la salle, les invités sont conquis. La soirée se terminera autour d’un dîner, des diamants plein les yeux.

 

 

Carla Bruni en Alexandre Vauthier

 

 

Eva Herzigova en Dior

 

 

Dame Shirley Bassey, sur scène

 

 

Caroline Scheufele, Tekolo et Dame Shirley Bassey

 

 

Caroline Scheufele

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s